Catégorie ANIMAUX DE COMPAGNIE

S’intégrer dans un groupe de théâtre pour lutter contre l’addiction aux jeux

L’addiction aux jeux est de plus en plus prononcée de nos jours. On devient addictif une fois que l’on ne peut plus se passer des jeux alors que cela a des répercussions sur notre vie personnelle ou professionnelle. Nombreuses sont les solutions pour lutter contre l’addiction aux jeux. Le théâtre est certainement l’une d’entre elles. Mais comment ?

Les bienfaits du théâtre en général

Le théâtre est souvent perçu comme un art d’antan, un peu vieux jeu et souvent ennuyeux. Pour les adeptes, c’est plus que ça, car il ne s’agit pas uniquement de connaître par cœur des textes et de les traduire en geste et en parole, mais vraiment de se mettre dans la peau du personnage en question. Cela dit, cela demande du courage, mais aussi de l’audace, un savoir-faire que tout le monde ne peut pas avoir.

Ce qui est surtout bénéfique dans un théâtre c’est que cet art vous donne la possibilité d’exprimer une émotion de manière spontanée alors que vous ne ressentez rien. En vous exerçant ainsi, vous serez ainsi capable de mieux contrôler la vôtre, puis de maîtriser ce que vous dites et les gestes que vous faites.

Le théâtre va permettre à un timide de s’afficher tout en essayant de gérer ses tracs. Il va permettre à une personne émotive de savoir gérer ce que celle-ci ressent. Il va également agir dans vos capacités intellectuelles, car vous allez apprendre à parler plus distinctement. Mieux encore vous allez devoir faire travailler votre mémoire pour vous souvenir de vos textes.

Théâtre et addiction aux jeux

Déjà, tous les bienfaits que nous venons de mentionner vont avoir des répercussions positives sur les addicts aux jeux. Mais, le théâtre est surtout une activité qui va ouvrir à ceux-ci tout un autre monde. Le plus souvent, les personnes dépendantes de quelque chose ont des émotions qui sont enfouies en elles. Grâce au théâtre, elles vont pouvoir les faire sortir sans brutalité.

Mais ce qui est le plus important c’est que le théâtre leur fait travailler en équipe. Là, ils doivent apprendre à s’amuser avec les autres et surtout apprendre à compter sur les autres, être solidaire avec les autres pour s’en sortir. Leur attention est ainsi orientée vers autre chose, ainsi que leur centre d’intérêt si bien qu’ils oublieront peu à peu leur addiction aux jeux.

Et que dire de la satisfaction personnelle ressentie après un spectacle réussi ? Car de toute façon, c’est aussi au final ce que recherchent les addicts : l’accomplissement de soi, la mise en valeur de soi.

Par ailleurs, lorsqu’on fait du théâtre, on doit beaucoup lire, dire, écrire…bref, faire développer ses capacités intellectuelles. Et cela va énormément contribuer au bien-être du cerveau pour permettre à un addict de changer sa manière de voir les choses ou de les ressentir. Le théâtre peut être pratiqué avec n’importe qui, même les enfants pourront en faire. N’oublions pas que de nos jours, il existe diverses formes de théâtre, dont le théâtre interactif, innovant et extrêmement thérapeutique à la fois.

Enfin, sachez que le théâtre permet un profond travail sur soi, nécessite une connaissance profonde de ce qu’on est, ce qui amènerait un addict au jeu à une remise en question de lui-même, de sa vie sociale et personnelle.

Les bienfaits de l’équithérapie

La thérapie par les chevaux peut être considérée comme le traitement par excellence des maux de l’esprit. Un grand nombre de thérapeutes fait appel à cette technique pour aider leur patient ayant un handicap aussi bien physique que mental. Voici les bienfaits de cette méthode exceptionnelle.

Un bon conditionnement physique

L’équithérapie est recommandée à toute personne atteint d’un problème sensoriel, psychologique ou encore physique. Elle constitue un véritable exercice physique permettant au patient de faire travailler tout son corps. Ce qui lui permet d’améliorer son équilibre en gardant une posture déterminée et de gagner du tonus tout en renforçant les muscles.

La thérapie par les chevaux optimise la souplesse de ses articulations qui est très bénéfique pour son abdomen, son dos, ses bras, etc. Le simple fait de s’allonger sur un cheval permet d’améliorer la circulation du sang. Pour les personnes atteintes de problèmes sensoriels, elle constitue un bon moyen pour améliorer la mobilité. Cette dernière peut commencer par la prise de la crinière ou des gestes tendres (en caressant le cheval).

Amélioration de la confiance en soi

Le traitement par l’équithérapie présente de nombreux avantages au niveau psychologique. Quel que soit le handicap de la personne concernée, la thérapie par les chevaux lui permet de se sentir bien dans sa peau, utile et important. Cela est dû au fait que les chevaux sont des animaux dotés d’une grande capacité de compréhension. Ils ne font pas de distinction et offrent un traitement égalitaire entre les êtres humains. Ils savent montrer leur reconnaissance même pour une simple caresse. Ce sont des animaux sociables et qui prennent souvent l’initiative.

C’est pourquoi le patient se sent très vite en sécurité et valorisé à son contact. Le désir et la volonté d’imiter les traits de caractères exceptionnels des chevaux naissent facilement chez le patient, le motivant à entreprendre les mêmes gestes. Après quelques échanges avec ces animaux, il devient plus confiant, plus sociable et attentif. Il devient plus facile pour lui de prendre de l’initiative et de se concentrer.

Un traitement bénéfique pour le corps

L’équithérapie est le moyen le plus efficace pour déstresser et se détendre. Elle est indiquée pour les personnes sujettes au stress et à l’anxiété, mais également pour tous ceux qui ont un problème d’anorexie et de boulimie. Cette thérapie se distingue par le fait que le soin se fait à l’air libre, en pleine nature.

Elle offre une meilleure sensation de bien-être qu’un traitement suivi dans un espace clos comme un cabinet de consultation. De plus, elle permet au patient de découvrir un nouvel environnement, d’élargir son horizon et de faire de nouvelles rencontres. Aujourd’hui, de plus en plus de gens adopte l’équithérapie, car elle procure d’innombrables bienfaits prouvés à bien de niveau.

Comment les chevaux sont formés pour des courses

Un poulain ou une pouliche est mis bas après 11 mois de gestation. Il ne quitte pas sa mère qu’autour de 6 mois après s’être totalement sevré, généralement il abandonne le lait maternel préférant  plus l’herbe et l’avoine. Sa force ne fera plus que s’augmenter pendant plusieurs années et aussi évidemment son assurance. Dès son plus jeune âge, un cheval doit impérativement s’habituer au contact de l’homme, être habitué aux entretiens quotidiens de son maître, aux caresses et à toute sorte de communication.

Le maître doit être pris en tant que tel, le cheval doit lui obéir. Pour y arriver, il faut qu’une liaison de confiance s’installe entre l’homme et le petit animal dans le but de lui faire savoir qu’on ne veut que son bien. Une fois la relation établie, il faut l’entretenir tous les jours en allant de plus en  plus en avant.

Les jeunes chevaux grandissent librement dans des grandes prairies appelées Paddocks. 18 mois après sa naissance les poulains et pouliches sont « débourrés », apprenant à accepter le port indispensable d’une selle et  le poids d’un cavalier sur le dos. À cet âge ils introduisent dans une écurie d’un entraîneur, prêts à commencer une grande carrière. Leurs premières courses débutent quand ils ont environ deux ans, officiellement au prochain 1er janvier. Ils sont naturellement orientés  aux épreuves réservées aux jeunes chevaux.

Les  jeunes chevaux de deux ans courent exceptionnellement en plat à cause de leur manque d’expérience. Ils ont besoin de s’habituer aux règles de cette discipline pour pouvoir ensuite courir dans d’autres qui sont plus compliquées et qui requièrent plus de talent et des années d’apprentissage. Les meilleurs de leur génération courent d’abord les 800 mètres de distance au début de l’année pour terminer les 2000 mètres vers la fin de la saison. Les courses d’obstacles commencent uniquement  lorsqu’ils ont 3 ans.

Quant aux sujets plus lents, le début en compétition et plus tardif. Il commence lorsqu’ils  sont à l’âge de 4 ou 5 ans. Ces canards boiteux de la course hippique sont souvent des demi-sang « croisés d’un pur-sang avec un autre hybride »  ils peuvent devenir redoutable avec un bon entraînement et un bon entraîneur. Ils sont moins rapides que les pur-sang, mais très endurants et redoutables aux courses d’obstacles  selon les spécialistes. À la fin de leur carrière normalement après dix années de courses hippiques, la plupart sont consacrés à la reproduction d’une nouvelle génération selon une sélection compliquée. Les plus modestes et les castrés (Hongre) sont reconvertis en chevaux de loisir.

Dans l’ensemble, l’entraînement des jeunes chevaux pour une course hippique demande des  temps et un peu de patience et de savoir-faire exceptionnel.

Tout savoir sur le théâtre interactif

Aimez-vous faire du théâtre ? Si oui, vous connaissez probablement ce qu’est le théâtre interactif. Il s’agit d’un concept très innovant qui incite non seulement les acteurs et comédiens de s’exprimer, mais aussi les spectateurs de prendre part au théâtre. Comment ? Lisez jusqu’au bout.

Qu’est-ce que le théâtre interactif ?

Le théâtre interactif est une forme de théâtre qui a été inventée par Augusto Boal, un metteur en scène d’origine brésilienne. Au moment où il créa ce concept, la situation politique et économique du Brésil était quelque peu problématique si bien que ce type de théâtre est devenu un instrument efficace pour les paysans, artisans…de s’exprimer. Cet outil s’est peu à peu démocratisé jusqu’à devenir une arme performante pour débattre d’un sujet de controverse et problématique. Il faut tout de même dire que cette forme de théâtre toute particulière ne sortait pas du tout du concept original de cet art. En effet, c’est au final la capacité d’exprimer ses pensées et ses ressentis que l’on attend d’un vrai comédien, même s’il se cache sous un autre personnage.

Comment joue-t-on dans un théâtre interactif ?

Comme dans n’importe quelle pièce, il y a des acteurs, des comédiens qui jouent sur scène. Pendant quelques minutes, ceux-ci jouent une pièce qui se rapporte à une situation de la vie quotidienne ou de la vie sociale. La scène se finit souvent par une conclusion assez négative, ce qui va permettre aux spectateurs de discuter du sujet évoqué par la pièce, tout en réfléchissant sur une ou des solutions. Tout le monde peut prendre la parole et dire ce qu’il pense. C’est le rôle du joker de proposer aux spectateurs de prendre la parole pour donner leurs avis.

Mais pas n’importe comment. En effet, il faudra carrément monter sur scène et jouer une situation qui aurait pu être meilleure par exemple tout en proposant une solution. Là encore, on est face à l’intrigue, puisque les comédiens doivent s’adapter à ce nouveau déroulement de la scène et improviser. Dans ce contexte, le théâtre interactif est non seulement bon pour le public, mais aussi pour les acteurs étant donné que ceux-ci doivent savoir improviser peu importe la situation face à laquelle ils se trouvent.

Quoi de mieux d’ailleurs que d’incarner un autre personnage pour changer ce que celui-ci fait ou dit ? Du point de vue développement personnel, cela est plus qu’indispensable pour s’affirmer, apprendre à gérer ses tracs et sa peur.

Ce qui est aussi intéressant avec cette nouvelle forme de théâtre, c’est qu’on peut y jouer tous les thèmes. Cela pourrait même être bénéfique pour une entreprise que de faire participer ses employés à un théâtre interactif. Au final, c’est un peu comme les jeux de rôle souvent proposés lors d’une formation sur le développement personnel, le leadership ou la gestion d’équipe par exemple ou pourquoi pas lors d’un team building. À vous de voir dans quelle situation un théâtre interactif pourrait être intéressant dans votre vie personnelle ou professionnelle.

Gérer les conflits et les émotions grâce au théâtre interactif

Comme nous l’avons expliqué précédemment, le théâtre interactif est un puissant outil que l’on peut même utiliser dans les entreprises. C’est donc un instrument pédagogique qui pourrait bien aider à gérer un quelconque conflit entre deux collègues par exemple. Dans ce cas-là, on peut mettre en scène un groupe de personnes qui jouent une situation conflictuelle fréquente dans une entreprise, puis inviter les autres personnes à émettre leurs avis tout en jouant sur scène. On peut alors dire que ce type de théâtre permet aussi de résoudre les nombreuses relations conflictuelles.

Les combats de chiens, une parité cruelle

L’argent est roi sur ce monde que certaines personnes n’hésitent pas à recourir à une méthode barbare pour l’obtenir. Maintenant qu’il n’existe plus des paris sur les affrontements sanglants des gladiateurs, beaucoup de personnes participent actuellement au combat des chiens. C’est une action de véritable barbarie qu’on ne pense qu’à l’argent sans songer au bien de ces animaux.

Malgré les lois qui ont été instaurées dans certains pays interdisant cette activité comme acte de cruauté envers les animaux, bon nombre de personnes la pratiquent illicitement pour l’amour de l’argent et de la violence.

Selon les organisateurs, les races les plus utilisées sont les Pitbulls et les Terriers, étant donné qu’ils sont les plus robustes et les plus résistants au combat. Toutefois, ce sont des êtres vivants qui peuvent souffrir tout comme les êtres humains. À force de les dresser pour devenir des monstres sanguinaires, ils souffrent mentalement et physiquement pour l’unique intérêt de son maître et du public. Rappelons qu’il n’existe aucune bestiole capable de nous offrir une affection pure et sans intérêt que le chien, on dit que c’est le meilleur animal de compagnie de l’homme et il n’est pas de nature offensive. L’agressivité est le résultat d’une douleur mentale et de la maltraitance que son maître lui a infligé pendant des mois voire même des années.

Les maîtres des chiens combattants sélectionnent leurs futurs lutteurs en choisissant la race des nouveau-nés. Seuls les jeunes chiots  issus de la race recherchée qui sont gardés. Les restes sont immédiatement éliminés. Puis vient le moment de l’entraînement cruel pendant lequel les sélectionnés vont devoir éprouver jusqu’au jour du combat. Ils seront battus, ligotés, affamés et isolés. On utilise parfois des décharges électriques pour qu’ils ne lâchent pas prise lors du combat. Ils seront ensuite testés en les lâchant sur des rats, des chats ou des chiens volés utilisés comme proies pour voir ses aptitudes et ses compétences. Les chiens faibles sont abattus immédiatement et seuls les plus forts qui sont gardés pour le pari.

Les combats sont organisés par des groupes de personnes ou des mafieux et se déroulent dans des endroits isolés notamment des bâtiments abandonnés pour fuir les autorités policières. Excités par les agissements de la foule, les combattants assoiffés de sang et de la violence deviennent encore de plus en plus enragés dans l’arène. Plusieurs combats ne durent que quelques minutes lorsque l’un des lutteurs verse son premier sang. D’autres sont des affrontements à morts où il n’y aura de vainqueur que si l’un des deux succombe. Ceux qui subissent des blessures graves sont abattus sur le champ, car il est impossible de les emporter chez un vétérinaire par peur d’être accusé pour avoir participé à un acte illégal. Les plus chanceux arrivent à survivre après le combat et recueillis par des associations ou des personnes charitables.

Parier sur ces combats de chiens est encore plus cruel. Et pourtant, il existe encore des pays qui autorisent cette activité.

Heureusement qu’à nos jours, il existe des organisations soutenues par le gouvernement pour la lutte contre le combat des chiens. Celles-ci encouragent tout le monde à respecter le droit des animaux domestiques et à arrêter toute sorte de cruauté qu’on fait endurer à ces êtres adorables. On constate que beaucoup de personnes sont désormais livrées à la police pour avoir organisé des combats de chiens. D’autres ont pu s’échapper ou libéré parce que l’autorité n’a pas priorisé l’affaire et distinguant celui-ci comme crime minime sans importance.

Luttons ensemble ces malfaiteurs et appuyons les actions des associations animalières pour sauver la vie des chiens combattants.